divin

divin, ine [ divɛ̃, in ] adj.
XIVe; devin 1119; lat. divinus
1Qui appartient à Dieu, aux dieux; qui vient de Dieu. Caractère divin; essence, nature divine. divinité. Justice, volonté divine. La divine Providence; la loi divine. Droit divin. « L'homme, accoutumé à croire divin tout ce qui était puissant » (Bossuet). Interj. Bonté divine ! (Christianisme) Les personnes divines : les trois personnes de la Trinité. Le divin enfant [ lədivinɑ̃fɑ̃ ] :l'enfant Jésus. Le divin Messie, le divin Sauveur : le Christ.
Subst. Le divin : ce qui vient d'une puissance surnaturelle, de Dieu. ⇒ surnaturel. « Quand je vis l'Acropole, j'eus la révélation du divin » (Renan).
2Qui est dû à Dieu, à un dieu. Le culte, le service divin. L'office divin. L'amour divin (opposé à l'amour profane) .
3Mis au rang des dieux antiques; divinisé. Le divin Achille. Le divin Auguste.
4Excellent, parfait. céleste, parfait, sublime , suprême. Une poésie, une musique divine. La divine proportion (cf. Nombre d'or). Le divin marquis : Sade.
Vieilli Adorable, charmant. Divine beauté. « Ah ! divine princesse » (Racine).
Mod. Très agréable. « Le tabac est divin, il n'est rien qui l'égale » (Th. Corneille). Ton repas était divin. exquis. Il fait un temps divin. délicieux.
⊗ CONTR. Diabolique, infernal; humain, terrestre; profane. Naturel. Mauvais.

divin nom masculin Littéraire. Ce qui vient de Dieu ou d'un dieu, le surnaturel : Avoir la révélation du divin.divin (citations) nom masculin Léon-Paul Fargue Paris 1876-Paris 1947 Un pas en divin, deux pas en humain […]. Sous la lampe Gallimard Marie-René Alexis Saint-Leger Leger, dit, en diplomatie, Alexis Leger, et, en littérature Saint-John Perse Pointe-à-Pitre 1887-Giens, Var, 1975 On ne fréquente pas sans s'infecter la couche du divin. Vents Gallimarddivin, divine adjectif (latin divinus) Qui a rapport à la divinité : La volonté divine. Qui est dû à Dieu, ou à un être assimilé à la divinité : Le culte divin. Que l'on trouve exceptionnel ; parfait, sublime : Une femme d'une beauté divine.divin, divine (citations) adjectif (latin divinus) Louis Ferdinand Destouches, dit Louis-Ferdinand Céline Courbevoie 1894-Meudon 1961 La ferveur pour le gratuit, ce qui manque le plus aujourd'hui, effroyablement. Le gratuit seul est divin. Les Beaux Draps Nouvelles Édit. françaises Jacques Maritain Paris 1882-Toulouse 1973 Tout acte humain est un jugement porté sur la nature divine. Carnet de notes, 21 septembre 1910 Desclée de Brouwer Henry Millon de Montherlant Paris 1895-Paris 1972 Académie française, 1960 La confiance est une des possibilités divines de l'homme. Service inutile Gallimard Paul Valéry Sète 1871-Paris 1945 En toute chose inutile, il faut être divin. Ou ne point s'en mêler. Choses tues Gallimard Eschyle Éleusis vers 525-Gela, Sicile, 456 avant J.-C. Les voies de la pensée divine vont à leur but par des fourrés et des ombres épaisses, que nul regard ne saurait pénétrer. Les Suppliantes, 93 (traduction P. Mazon) Chamsoddin Mohammed Hafez ou Chams al-Din Muhammad Hafiz probablement Chiraz vers 1325-probablement Chiraz vers 1390 Veux-tu jouir de la présence divine, ô Hafiz ? Ne t'absente pas un instant de celle de ta bien-aimée. Ghazals, I Friedrich Hölderlin Lauffen, Wurtemberg, 1770-Tübingen 1843 Par instants seulement l'homme supporte le poids de la plénitude divine. Nur zu Zeiten erträgt göttliche Fülle der Mensch. Le Pain et le Vin Lev [en français Léon] Nikolaïevitch, comte Tolstoï Iasnaïa Poliana, gouvernement de Toula, 1828-Astapovo, gouvernement de Riazan, 1910 Aimer d'un amour humain, c'est pouvoir passer de l'amour à la haine, tandis que l'amour divin est immuable. Guerre et Paix, livre III, 3e partie, 32 divin, divine (difficultés) adjectif (latin divinus) Prononciation Au masculin, se prononce [&ph88;&ph93;&ph106;&ph93;&ph98;] (comme pour rimer avec fine) devant un mot qui commence par une voyelle ou un h muet : le divin enfant (se prononce comme la divine enfant). ● divin, divine (expressions) adjectif (latin divinus) Droit divin, droit dont la source et l'autorité sont considérées comme tenues directement de Dieu. Personne divine, chacune des trois personnes de la Trinité. Verbe divin, deuxième personne de la Trinité. ● divin, divine (synonymes) adjectif (latin divinus) Qui est dÛ à Dieu, ou à un être assimilé...
Contraires :
Que l'on trouve exceptionnel ; parfait, sublime
Synonymes :

divin, ine
adj. et n. m.
d1./d Qui appartient à un dieu, aux dieux, à Dieu. La divine Providence.
d2./d Qui est dû à un dieu, aux dieux, à Dieu. Célébrer le culte divin.
|| n. m. Un aperçu du divin.
d3./d Divinisé (se dit des héros mythiques, des personnages historiques de l'Antiquité). Le divin Auguste.
d4./d Excellent, parfait. Une beauté divine.
d5./d Par exag. Extrêmement agréable, délicieux, ravissant. Ce dîner a été tout simplement divin.

⇒DIVIN, INE, adj. et subst. masc.
[Correspond à divinité I] Qui est relatif à la divinité ou d'ordre supra-humain; ce qui est relatif à la divinité. Il [le Christ] a apporté à la terre la doctrine la plus sainte, la plus féconde et la plus divine qui ait jamais rayonné sur l'intelligence humaine (LAMART., Voy. Orient, t. 1, 1835, p. 225). Shiva, la personnification divine des forces naturelles (VERNE, Tour monde, 1873, p. 75). Plus d'un penseur s'est perdu à vouloir gouverner et ranger des idées; cette sagesse est divine, non humaine (ALAIN, Propos, 1933, p. 1127) :
1. Qu'est-ce enfin que le logos éternel et créateur de Platon, connaissance divine, première cause des créatures, original immatériel et éternel sur lequel toute chose a été faite et par lequel toute chose est successivement créée...
P. LEROUX, De l'Humanité, t. 2, 1840, p. 901.
I.— [Correspond à dieu 1re section I A; dans une perspective polythéiste] Qui est relatif à un (ou aux) dieu(x). Personnages divins, figures divines; tétrade divine; les neuf sphères divines; disputes divines; divines puissances. Pythagore pensait que les corps célestes étaient immortels et divins (DUPUIS, Orig. cultes, 1796, p. 47).
En partic.
♦ [En parlant de qqc.]
Qui est caractéristique d'un (ou des) dieu(x), qui lui (ou leur) est propre. Le séjour consacré à la Sibylle, à la mémoire d'une femme animée par une inspiration divine (STAËL, Corinne, t. 2, 1807, p. 65). Les Brahmanistes repoussaient du dedans des pierres (...) les mille bras divins portant le lotus ou la hache (FAURE, Espr. formes, 1927, p. 232).
Qui a un (ou les) dieu(x) pour origine ou pour objet. Oracles, cultes divins; malédiction, vengeance divine; divines oboles. Pompée marchoit aux combats, en invoquant l'assistance divine (CHATEAUBR., Génie, t. 1, 1803, p. 255).
♦ [En parlant de qqn] Qui est attaché au service, au culte d'un (ou des) dieu(x), qui est inspiré par lui (eux). Divine sibylle. Bacchus aime de promener ici le cortège de ses divines nourrices (BARRÈS, Voy. Sparte, 1906, p. 40).
Spéc. [En parlant de certains hommes ou de certains animaux (cf. dieu 1re section I A 1 spéc.)] Qui est élevé au rang de dieu, qui est divinisé. La terre (...) où les ancêtres divins reposaient (FUSTEL DE COUL., Cité antique, 1864, p. 169). La fille du divin Hercule : Messaline (PÉLADAN, Vice supr., 1884, p. 68).
Loc. Rendre à qqn les honneurs divins. Rendre à un homme divinisé les honneurs ordinairement rendus aux dieux. Décerner, recevoir les honneurs divins. Les Grecs rendirent des honneurs divins au barbare. Ils dédièrent des offrandes à Titus et Hercule, à Titus et Apollon (MICHELET, Hist. romaine, t. 2, 1831, p. 57).
II.— [Correspond à dieu 1re section I B; dans une perspective monothéiste, en particulier dans la tradition judéo-chrétienne]
A.— Qui est caractéristique de Dieu, qui lui est propre; de Dieu. Il fera plus qu'aucun autre pour vider l'idée divine de toute signification déterminée (MASSIS, Jugements, 1923, p. 88) :
2. ... S. Jean a pu voir la pensée divine ou le Verbe parlant par Jésus, sans tomber dans l'idolâtrie, et sans faire de Jésus, considéré comme révélateur de la pensée divine, une personne en Dieu, ainsi que le Christianisme l'a fait après lui.
P. LEROUX, De l'Humanité, 1840, p. 821.
SYNT. a) Subst. + divin, ine. Amour, pouvoir, vouloir divin. b) Divin, ine + subst. Idée, connaissance, nature, pensée, action, création divine; puissance, autorité, volonté divine; perfection(s), sagesse, providence, équité, miséricorde, charité divine(s); colère crainte divine.
B.— En partic., dans le christianisme
1. Personne divine. Chacune des trois personnes de la Sainte Trinité, Dieu étant la première, le Christ la deuxième et le Saint-Esprit la troisième. Les trois personnes de la Sainte Trinité. Il ne faut pas vouloir scruter témérairement et définir en maître la nature des divines personnes, de l'Esprit-Saint (DUPANLOUP, Journal, 1853, p. 167).
♦ [Syntagmes dans lesquels divin renvoie à la première pers. de la Trinité, Dieu] L'Être divin, le divin Créateur, le divin Époux. L'Être divin est nécessairement éternel, puisque l'existence est son essence même (GILSON, Espr. philos. médiév., 1932, p. 58).
♦ [Syntagmes dans lesquels divin renvoie à la deuxième pers. de la Trinité, le Christ] Le Verbe divin; le divin Messie, le divin Sauveur, le divin Rédempteur, l'Agneau divin; le divin Enfant (synon. l'Enfant Jésus). Il est né le divin Enfant. Titre d'un cantique de Noël. Révélation divine, incarnation divine, agonie divine, corps divin, sang divin. Toutes les voix des nonnes s'élevèrent (...) chantant le vieux Noël : il est né le divin enfant (HUYSMANS, En route, t. 1, 1895, p. 94). Des hommes ont vu le corps divin qui allait ressusciter dans la gloire (PSICHARI, Voy. centur., 1914, p. 204).
[Syntagmes dans lesquels divin renvoie à la Vierge Marie, mère du Christ] La Mère divine; la maternité divine. Je suis vous le savez une pauvre orpheline; Je n'ai d'autre gardien que la Vierge divine (DESB.-VALM., Mél., 1859, p. 219).
2. [En parlant de qqn]
a) [En parlant des anges attachés au service de Dieu] Divines hiérarchies, divins messagers; phalanges divines; anges, envoyés divins. Hiérarchie des anges, (...) ces divins messagers portent les décrets du Très-Haut, d'un bout de l'univers à l'autre (CHATEAUBR., Génie, t. 1, 1803, p. 496).
b) [En parlant d'un être hum. consacré à Dieu] Divin apôtre; prophètes, missionnaires divins :
3. Silence au camp! la Vierge est prisonnière;
Par un injuste arrêt Bedfort croit la flétrir : (...)
Des pontifes divins, vendus à la puissance,
Sous les subtilités des dogmes ténébreux
Ont accablé son innocence.
DELAVIGNE, Messéniennes, 1824, p. 51.
3. [En parlant de qqc.]
a) Qui provient de Dieu, qui a Dieu pour origine, qui est le fait de Dieu. Assistance, grâce divine :
4. Vous cherchez Dieu dans votre vie, et Dieu n'apparaît pas, nous dites-vous. Mais quelle vie n'a pas des milliers d'heures semblables à l'heure de ce drame où tous attendent l'intervention divine...
MAETERLINCK, Le Trésor des humbles, 1896, p. 231.
SYNT. Punition divine du péché originel, malédiction divine; autorité divine de l'Église; amour divin; monarchie de droit (v. ce mot) divin; mystères divins; divins sacrements; implorer la faveur, la protection divine; attirer la bienveillance, la bénédiction divine; lire, entendre, répandre la parole divine.
♦ Qui est inspiré par Dieu. Divines Écritures, divins Psaumes; livre divin des Évangiles. L'Église (...) prépare quelque œuvre divine avant les grandes douleurs (MARITAIN, Primauté spirit., 1927, p. 134) :
5. Les Saintes Écritures offrent un autre grand bien, elles consolent. C'est un des traits les plus caractéristiques des divins livres.
DUPANLOUP, Journal intime, 1853, p. 85.
b) Qui participe de la substance ou de la nature divine. Hostie divine :
6. ... ou bien je suis, mais mon essence est divine, ou bien je ne suis pas, mais le néant n'est rien de positif, et nous n'en pouvons former une idée.
J. VUILLEMIN, Essai sur la signif. de la mort, 1949, p. 58.
P. ext. Dont la nature est marquée par son origine de créature faite à l'image de Dieu. Si l'homme ne jouit pas d'une condition divine, c'est qu'il y a dans le monde une abomination qui le lie (MARITAIN, Human. intégr., 1936, p. 242).
c) Qui a Dieu pour objet, qui est dû à Dieu. Culte, office, service divin; cantiques divins. Elle assistait aux offices divins avec un respect mêlé de crainte et d'amour (MONTALEMBERT, Ste Élisabeth, 1836, p. 66).
4. [Lexie à contenu relig. affaibli] Interjection. Bonté divine! Cf. bonté B 2.
5. Allus. littér. [P. réf. à La Divine Comédie de Dante] :
7. L'histoire et la légende ne sont que les nourritures dont a pu se repaître le monstre qui vit devant nous, aussi étranger à l'humanité, aussi complet dans sa plainte que la plus étrange des divines comédies.
BRASILLACH, Pierre Corneille, 1938, p. 305.
III.— Emploi subst. masc. Le divin. Ce qui est relatif à la divinité, aux dieux ou à Dieu (cf. divinité I). Appétit, révélation du divin. L'âme est combattue entre le divin et le terrestre (BÉGUIN, Âme romant., 1939, p. 279). Innombrables sont nos voies, et nos demeures incertaines. Tel s'abreuve au divin dont la lèvre est d'argile (SAINT-JOHN PERSE, Exil, 1942, p. 253) :
8. ... loin de croire le surnaturel, le divin inventés par l'homme je pense que c'est l'intervention millénaire de l'homme qui a fini par nous corrompre le divin.
ARTAUD, Le Théâtre et son double, 1938, p. 13.
IV.— P. hyperb.
A.— [P. oppos. au caractère imparfait qui est gén. attaché à tout ce qui est hum. ou terrestre]
1. [Au plan de l'esthétique dans le sens gén. « science du beau »] Qui représente — dans son genre — la perfection, l'excellence, et qui émerveille.
a) Dans le domaine de la création artistique et intellectuelle
[En parlant de l'artiste lui-même] Artiste divin; divin auteur, divin Platon, divin statuaire, divine cantatrice. Le grand héros nous semble un meurtrier (...) ce divin coloriste un barbouilleur de toiles (BANVILLE, Cariat., 1842, p. 52). Ce monde enchanté qu'évoquait la lecture des divins poètes, Goethe, Schiller, Shakespeare (ROLLAND, J.-Chr., Matin, 1904, p. 188).
[En parlant de son œuvre] Œuvre, poésie, musique, gravure divine; chant divin; divin tableau :
9. Admirable vue de la première page de l'Histoire de Notre-Seigneur. C'est sensiblement et absolument divin; d'une pureté, d'une clarté infinie dans la simplicité et la grandeur.
DUPANLOUP, Journal intime, 1869, p. 326.
b) [En parlant de l'aspect phys. de qqn; gén. en parlant d'une femme et dans le lang. galant] Créature divine, beauté divine, femme aux divins appas, les plus divins attraits, profil divin, charmes divins, yeux divins :
10. ... Avec ses grands cheveux aux naturelles boucles,
Ses yeux étincelants comme des escarboucles,
Son col blond et doré, sa bouche de corail,
Son pied de Cendrillon et sa jambe divine,
Et ce que l'ombre cache et ce que l'on devine,
Seule elle valait un sérail.
GAUTIER, Albertus, 1833, p. 174.
♦ [Formule affectueuse] Mon divin bijou. Rare. [À l'adresse d'un homme] Elle l'appelait :« ma petite fleur, mon chérubin, mon ange adoré, mon divin bijou » (MAUPASS., Contes et nouv., t. 2, Orphelin, 1883, p. 838).
En emploi subst.
Le divin. La beauté, la grâce, le charme féminins dans toute leur perfection :
11. ... Qui connaît son sourire a connu le parfait.
Elle fait de la grâce avec rien, elle fait
Tenir tout le divin dans un geste quelconque,
Et tu ne saurais pas, Vénus, monter en conque,
Ni toi, Diane, marcher dans les grands bois fleuris,
Comme elle monte en chaise et marche dans Paris! ...
ROSTAND, Cyrano de Bergerac, 1898, I, 5, p. 53.
Par antonomase. [Pour désigner une femme] La divine. Tu vas pouvoir faire des courses, mais tu n'as pas la divine pour te trimbaler avec elle dans les musées (FLAUBERT, Corresp., 1866, p. 218).
2. [Au plan de l'esthétique dans le sens étymol. « science du sentiment »]
a) [En parlant de certaines qualités de cœur ou d'esprit] Que sa nature ou sa qualité rend digne de Dieu ou des dieux. Intuition, inspiration divine; pitié si divine. Un enfant (...) qui, sous le joug d'une imagination presque divine, s'abandonnait avec amour au torrent de ses pensées (BALZAC, L. Lambert, 1832, p. 57).
♦ [En parlant d'une pers. douée de toutes les qualités] Que sa supériorité et sa perfection rendent comparable à Dieu ou aux dieux :
12. Il est des personnes auxquelles tout est permis (...) il en est d'autres pour lesquelles le monde est d'une incroyable sévérité : celles-là doivent faire tout bien, ne jamais ni se tromper, ni faillir ni même laisser échapper une sottise (...) on ne leur permet rien d'humain, elles sont tenues d'être toujours divines et parfaites.
BALZAC, Les Illusions perdues, 1843, p. 133.
b) [En parlant de certains sentiments ou de jouissances très diverses] D'une qualité, d'une pureté, d'une intensité telles qu'elles ne paraissent plus naturelles mais surnaturelles. Souvenirs de nos heures les plus divines. Les paroles débordaient de lui, ce qui est propre à ces divins paroxysmes de la joie (HUGO, Misér., t. 2, 1862, p. 658). Il vit la divine lumière qui souriait autour d'eux (ROLLAND, J.-Chr., Révolte, 1907, p. 592). Ses lettres, empreintes d'une divine innocence, sont sincères, momentanément (BEGUIN, Âme romant., 1939, p. 249).
3. [Pour exprimer l'excellence, perçue au seul plan sensoriel, de certaines choses]
a) Dans le domaine de la gustation. Mets divin, liqueur divine; divin breuvage, porto; soupers, ananas divins; divins dîners :
13. — Diable! fit-il après avoir avalé ces confitures divines (...) la chose ne me paraît pas aussi succulente que vous l'affirmez.
DUMAS père, Le Comte de Monte-Cristo, t. 1, 1846, p. 406.
b) [Dans le domaine des conditions atmosphériques en tant qu'elles produisent une impression sur l'homme] Loc. fam., vieilli. Il fait (un temps) divin. Il fait un temps délicieux, très agréable. Un temps divin de beauté bleuâtre et serein (BARB. D'AUREV., Memor. 1, 1837, p. 134).
B.— P. ext. [P. oppos. au caractère rationnel et naturel que l'on attache à ce que l'on connaît et s'explique; en parlant de qqc. d'inconnu et de mystérieux que l'on s'explique mal ou pas du tout, et que l'on tend de ce fait à attribuer à quelque cause surnaturelle] :
14. Mon père était un obscur honnête homme qui, de bien bonne foi, raisonnait à sa manière sur la nature et ses divins secrets.
NERVAL, Faust, 1840, p. 54.
[À l'idée de mystère s'ajoute le sentiment de qqc. d'extraordinaire, de prodigieux, de miraculeux] Il n'y a pour me rappeler un peu à moi que le thé, le thé divin qui donne la fièvre et qui rend la mémoire (ALAIN-FOURNIER, Corresp. [avec Rivière], 1905, p. 207).
Rem. À noter que l'adj,. divin, ine, quoique exprimant une qualité absolue, se rencontre — dans les emplois hyperboliques seulement — empl. avec certains degrés de compar. (plus, si, presque). Il est probable que ce soit p. anal. avec l'adj. humain, aine, ainsi que le suggère LITTRÉ.
Prononc. et Orth. :[], fém. [-vin]. Ds Ac. 1694-1932. Comparez, dans la liaison, la prononc. de malin esprit, fin esprit, [], [] avec celle de divin Enfant, le divin Achille, Homère, Ulysse, le divin amour où il n'est plus d'usage de conserver la nasale : [], [], [-], [-ylis], []. MART. Comment prononce 1913, p. 389, explique la suppression de la nasale par la grande diffusion des Cantiques de Noël qui a imposé []. Cette prononc. s'est étendue, p. anal., à d'autres expr. formées à partir de divin du type divin Achille, etc., sans que, pour autant, d'apr. MART., loc. cit., il soit obligatoire d'aligner la prononc. de ces expr. sur divin Enfant. LITTRÉ se prononce pour la conservation de la nasale. Pour les expr. malin esprit, fin esprit, MART., loc. cit., conseille, afin d'éviter le piège, de les inverser en esprit malin et esprit fin mais n'en change-t-il pas en même temps le sens? Étymol. et Hist. 1. Ca 1050 « qui appartient à Dieu » (Alexis, éd. Storey, Prologue : Par le divine volentet); 1552 subst. (RONSARD, Amours, éd. P. Laumonier, p. 74 : Le divin des divines vertuz) plusieurs attest. au XVIe s., repris en 1850 (BALZAC, Lettres Étr., t. 3, p. 125); 2. 1552 « beau, excellent » (RONSARD, op. cit., p. 48 : Divin Bellay). Empr. au lat. divinus « des dieux, de Dieu; merveilleux, excellent ». Fréq. abs. littér. :8 678. Fréq. rel. littér. :XIXe s. : a) 16 176, b) 11 407; XXe s. : a) 10 771, b) 10 512. Bbg. DUCH. Beauté. 1960, p. 108.

divin, ine [divɛ̃, in] adj. et n.
ÉTYM. XIVe; devin au XIIe; lat. divinus, de divus « dieu, divinité ».
———
I Adj.
1 Qui appartient à Dieu, aux dieux; qui vient de Dieu. Dieu, dive (vx). || Caractère divin, essence, nature divine. Divinité. || Justice divine. || Bonté divine. — ☑ Loc. interj. Bonté divine !, juron atténué.S'abandonner (cit. 35) à la miséricorde divine. || La puissance, la volonté divine, le vouloir divin. || La colère, la vengeance divine. || L'esprit divin, la grâce divine. || La divine Providence; la loi divine. || Droit divin, considéré comme révélé par Dieu aux hommes. || Monarchie de droit divin (→ Dieu, cit. 48; attribut, cit. 5). || Instinct divin (→ Conscience, cit. 14). || Les anges, messagers divins. || La création divine, le souffle divin (→ Âme, cit. 17).
1 Ô divine, ô charmante loi !
Ô justice ! ô bonté suprême !
Que de raisons, quelle douceur extrême
D'engager à ce Dieu son amour et sa foi !
Racine, Athalie, I, 4.
2 L'homme, accoutumé à croire divin tout ce qui était puissant (…)
Bossuet, Disc. sur l'hist. universelle, II, 3.
3 (…) cette paix sereine de Pascal entre les mains de la mort : elle contemple la douceur du salut, au sein de la volonté divine (…)
André Suarès, Trois hommes, « Pascal », I, p. 31.
4 Trop longtemps, ce monde a composé avec le mal, trop longtemps, il s'est reposé sur la miséricorde divine.
Camus, la Peste, p. 111.
(Christianisme). || Les personnes divines : les trois personnes de la Trinité. || Le divin Créateur, l'Être divin : Dieu le pèreLe Verbe divin : le fils de Dieu. || Le divin Maître, le divin Messie, le divin Rédempteur, le divin Sauveur : le Christ. || Le divin Enfant [divinɛ̃fɑ̃]  : l'enfant Jésus. || « Il est né le divin enfant / Jouez hautbois, résonnez musettes » (cantique de Noël). || Le fondateur, l'instituteur divin du christianisme (cit. 3). || Les divines Écritures : la Parole de Dieu; la Bible. || Les clartés divines de l'Écriture (→ Autre, cit. 99; blasphémer, cit. 6).La divine Mère, la Vierge divine : la Vierge Marie.Les divins Apôtres. || Les divins prophètes.La divine hostie.
Littér. || La Divine Comédie, œuvre de Dante.
2 Qui est dû à Dieu, à un dieu. || Le culte, le service divin. || L'office divin. || L'amour (cit. 3) divin (opposé à l'amour profane). || Une ferveur divine.
5 Ô qu'il est doux de voir une ferveur divine
Dans les religieux nourrir la sainteté !
Corneille, l'Imitation de J.-C., I, 25.
6 Les pères de l'Oratoire donnèrent par leur piété (…) au service divin sa majesté naturelle (…)
Bossuet, Oraison funèbre de la reine d'Angleterre.
Par ext. (Antiq.). || Honneurs divins, rendus par les Romains à leurs empereurs.
Spécialt. Mis au rang des dieux; divinisé. || Le divin Achille. || Le divin Auguste. || Les Anciens faisaient de leurs ancêtres (cit. 2) des êtres divins.
3 Littér. Qui est attribué à des causes surnaturelles. Occulte, surnaturel (→ Compréhensible, cit. 2). || Les secrets divins de la nature (→ Candeur, cit. 3).
4 (1552, Ronsard). Excellent, parfait. Beau, bon, céleste, génial, parfait, sublime, suprême. || Une poésie, une musique divine. || Un chant (cit. 1) divin. || Une œuvre divine.Cet écrivain, cet artiste est divin. || Le divin Platon, le divin Virgile.Vieilli. Adorable, charmant. || Divine beauté, divins appas (cit. 18).(1814, in D. D. L.). Mod. (Personnes; choses : spécialt, temps; nourriture et boissons). Très agréable. || Il fait un temps divin. Délicieux. || Ce bordeaux est tout simplement divin.
7 (…) j'allai dîner à Livry avec Corbinelli, il faisait divin, je me promenai délicieusement jusqu'à cinq heures (…)
Mme de Sévigné, 526, 22 avr. 1676.
8 De vos regards divins l'ineffable douceur (…)
Molière, Tartuffe, III, 3.
9 (…) Ah ! divine princesse (…)
Racine, Andromaque, II, 2.
10 Quoi qu'en dise Aristote et sa docte cabale,
Le tabac est divin, il n'est rien qui l'égale.
Thomas Corneille, le Festin de Pierre, I, 1.
11 (…) il l'appela Théophraste, c'est-à-dire un homme dont le langage est divin.
La Bruyère, Disc. sur Théophraste.
12 Le mot diabolique ou divin appliqué à l'intensité des jouissances, exprime la même chose, c'est-à-dire des sensations qui vont jusqu'au surnaturel.
Barbey d'Aurevilly, les Diaboliques, « Les dessous de cartes d'une partie de whist ».
———
II N.
1 N. m. (1552, Ronsard). || Le divin : ce qui est divin, relatif à Dieu, et, par ext., ce qui est surnaturel; ce qui est parfait.
13 Quand je vis l'Acropole, j'eus la révélation du divin, comme je l'avais eue la première fois que je sentis vivre l'Évangile, en apercevant la vallée du Jourdain des hauteurs de Casyoun.
Renan, Souvenirs d'enfance…, II, I.
14 (…) la Grâce, c'est-à-dire le contact avec le divin (…)
Daniel-Rops, Ce qui meurt…, II, p. 56.
2 N. f. Femme d'une beauté exceptionnelle. || Greta Garbo fut surnommée la Divine.(En surnom) :
15 Malgré l'abject où vous pourriez la tenir, Divine (un homosexuel passif) règne encore sur le boulevard. À une nouvelle (quinze ans peut-être) mal lingée, et qui se moque du clin d'œil, un mac dit en la bousculant :
— Elle, c'est la Divine; toi, c'est la souillon.
Jean Genet, Notre-Dame-des-Fleurs, p. 96.
CONTR. Diabolique, infernal, satanique; humain, terrestre; profane. — Naturel. — Mauvais.
DÉR. Divinement, diviniser. — V. Divinité.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • divin — divin …   Dictionnaire des rimes

  • divin — divin, ine (di vin, vi n ; devant une voyelle, a syllabe in garde le son nasal comme dans indigne, et l n se lie : di vin n amour ; d autres ôtent la nasalité : di vi n amour) adj. 1°   Qui est de Dieu, qui appartient, qui est propre à Dieu. La… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • divin — DIVÍN, Ă, divini, e adj. 1. Considerat că provine de la Dumnezeu sau de la zei, în felul lui Dumnezeu sau al zeilor; dumnezeiesc, ceresc. ♦ Făcut de oameni în slujba sau pentru preamărirea lui Dumnezeu; bisericesc, religios. 2. fig. Înzestrat cu… …   Dicționar Român

  • Divin — Divín Wappen Karte …   Deutsch Wikipedia

  • Divín — Wappen Karte …   Deutsch Wikipedia

  • divin — DIVIN, INE. adj. Qui est de Dieu, qui appartient à Dieu Les attributs divins. La puissance divine. La Providence divine. La grâce divine. Le culte divin. Le service divin. L Office divin. Les Romains rendoient des honneurs divins à leurs… …   Dictionnaire de l'Académie Française 1798

  • divin — Divin, [div]ine. adj. Qui est de Dieu, qui appartient à Dieu. Les attributs divins. la puissance divine. la providence divine. la grace divine. le culte divin. le service divin. l office divin. les Romains rendoient des honneurs divins à leurs… …   Dictionnaire de l'Académie française

  • DIVIN — (Pol. Dywin), town in Polesie district, Poland; now Brest Litovsk district, Belarus, A small number of Jews lived there from the mid 16th century and an organized settlement existed from the end the century, as attested in a document from 1631.… …   Encyclopedia of Judaism

  • Divin — represents the name, patented in the Republic of Moldova, of the country s brandy, produced in conformity with the classic technology of cognac production. External links* [http://colusvin.com/corner/ Some information about divin] …   Wikipedia

  • Divín — For Slovak figure skater see Karol Divín Coordinates: 48°27′N 19°32′E / 48.45°N 19.533°E / 48.45; 19.533 …   Wikipedia

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.